Les cycles du sommeil

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin

Vous souhaitez en savoir plus sur les cycles du sommeil ? Vous avez totalement raison. Parce que lorsqu’on comprend les cycles du sommeil, on comprend mieux comment notre sommeil fonctionne. Ce qui nous permet de savoir comment mieux dormir.

Le cycle de sommeil se compose de deux phases. La phase sommeil lent et une autre phase que l’on nomme la phase paradoxale. Lorsque les phases se déclenchent le cerveau, se met en marche et l’activité de celui-ci diffère d’une phase l’autre.

En savoir plus sur la phase du sommeil lent

C’est au début de l’endormissement que l’on parle de sommeil lent. Durant cette phase, le dormeur a un sommeil léger et peu être réveillé assez facilement, le cerveau est encore actif même si le taux de vigilance est amoindri. Cette phase dure en moyenne la moitié de la durée totale du sommeil. Durant cette période un petit bruit ou une lumière est susceptible de déclencher le réveil. Durant cette phase, le dormeur a un sommeil léger et peu être réveillé assez facilement, le cerveau est encore actif même si le taux de vigilance est amoindri. Chez l’adulte, la phase dite de sommeil lent se déroule en trois temps. Au fil de stades, le sommeil devient de plus en plus profond, jusqu’à ce que le dormeur entre dans le sommeil paradoxal dit aussi sommeil rapide.

En savoir plus sur la phase du sommeil paradoxal

La phase paradoxale est la dernière étape avant le réveil. La dernière, mais aussi la plus courte, en moyenne, elle ne dure qu’entre 15 et 20 minutes. Durant cette phase, on observe des battements de cœur plus accélérés, les muscles deviennent inertes, et il est ici très difficile de réveiller le dormeur. Si l’on nomme cette phase, le sommeil paradoxal, c’est justement parce que celle-ci présente plus d’un paradoxe. On l’a vu, le cerveau est en activité intense, mais pas seulement !

Le rythme cardiaque s’accélère, la respiration devient irrégulière et la température du corps a tendance à devenir elle aussi irrégulière. Lors du sommeil paradoxal, le cerveau utilise bien plus d’énergie que lorsque le corps est en sommeil lent, et même lorsque ce dernier est en éveil.

Durant la phase paradoxale le cerveau a donc besoin de plus d’oxygène afin de créer assez d’énergie pour maintenir ce rythme. Ici les rêves sont fréquents et très visuels, ils sont bien différents de ceux qui apparaissent lors du sommeil lent, dont on a du mal a se souvenir.

Au réveil d’un sommeil paradoxal, on est plus susceptibles de se rappeler de ce que l’on a rêvé. Certes, le sommeil paradoxal consomme beaucoup d’énergie, cependant, il s’agit d’un sommeil primordial car récupérateur pour le mental. Le sommeil lent étant quant à lui, excellemment pour récupérer physiquement.

Que se passe-t-il entre deux cycles du sommeil

Le sommeil est ponctué de petits réveils, dont nous avons du mal à nous souvenir, ces petits réveils correspondent au passage d’un cycle à l’autre, un peu comme une transaction. Entre les deux grandes phases de sommeil, il est donc possible que l’on se réveille, mais aussi que l’on entre en somnambulisme ou encore en phase d’insomnie, sans pour autant nous réveiller complètement.

>